«

»

La difficulté de construire des territoires de Cohérence et cohésion sociales, culturelles, économiques et politiques…

Intercommunalité: la mauvaise foi d’Hervé Mariton
Publié le 29 juillet 2011 par Yann Louvel

Tribune publiée dans le Crestois du 29 juillet 2011.

Le débat actuel concernant le nouveau schéma départemental de coopération intercommunale nous réserve encore probablement quelques surprises, mais notre vallée est déjà fort bien pourvue à ce titre. Ainsi donc, si l’on en croit Hervé Mariton, le territoire formé par la ville de Crest, le Crestois et le Pays de Saillans formerait un territoire « homogène et cohérent » (Le Crestois du 8 juillet) et justifierait ainsi le plan proposé par le préfet. On a du mal àrester sérieux devant cette affirmation qui contredit la plus élémentaire des réalités.

Ainsi donc, les habitants d’Eurre, de Divajeu ou de Chabrillan ne feraient pas partie du même « territoire homogène et cohérent » que ceux de Crest ou d’Aouste-sur-Sye. On peut pourtant parier sans trop de risques que tous ces habitants vont faire leurs courses dans les mêmes magasins, envoient leurs enfants dans les mêmes collèges et lycées, consultent la même médiathèque départementale, vont au même cinéma, appellent la même gendarmerie, et qu’ils lisent tous le Crestois !

Comme chacun aura pu le deviner, cette mauvaise foi confondante cache en réalité des affinités et des inimitiés politiques qui ne grandissent pas notre débat démocratique. C’est précisément ce genre d’attitude qui fatigue et éloigne les citoyens de la politique. Voir ainsi sur la carte du département la vallée de la Drôme coupée en deux, contre tout bon sens, est absurde.

Tout ceci n’aurait guère d’importance si cet état de fait n’avait pas d’impacts concrets sur la vie quotidienne des Crestois. Il en va malheureusement autrement puisque l’entêtement historique de notre maire à refuser toute intercommunalité prive aujourd’hui ses habitants de toutes les initiatives de ces dernières, comme par exemple celle de la Biovallée, une initiative jugée « intégriste » et « idéologique » par M. Mariton. En attendant, les Crestois sont les seuls habitants, de Livron à Valdrôme, à ne pas pouvoir bénéficier des kits d’économie d’eau et d’énergie distribués actuellement qui permettent d’économiser jusqu’à 177 euros par an, au moment où les prix de l’énergie flambent. De même, les agriculteurs crestois sont les seuls à ne pouvoir prétendre aux aides à l’acquisition de matériels de substitution aux produits chimiques et voir ainsi réduire leurs coûts, au moment où la sécheresse les étrangle financièrement. C’est ainsi plusieurs millions d’euros de financements débloqués par la Région Rhône-Alpes et le département de la Drôme pour le projet de Biovallée auxquels seuls les habitants de la ville de Crest ne peuvent actuellement prétendre. Cette situation ubuesque n’a aucun sens.

La construction de notre intercommunalité, destinée à perdurer dans le temps, n’a pas à pâtir de la situation politique qui prévaut à un instant donné et doit se faire dans l’intérêt des habitants de la vallée de la Drôme et non en fonction des convenances politiques du moment. De même, les Crestois n’ont pas à être victimes de l’inconséquence de leur maire qui les prive d’une dynamique territoriale ambitieuse et innovante, qui mérite d’être encouragée et dynamisée pour faire face au défi énergétique énorme auquel nous sommes d’ores et déjà confrontés.
Yann Louvel

26400 Crest

 Son blog de très bonne qualité :https://lecrestoisdechaine.wordpress.com/

Commentaires
lejardinierjardine dit :
14 janvier 2012 à 20 h 03 min

Un autre fait criant de mauvaise foi : l’Agenda 21 crestois, que l’équipe municipale se targue de porter en pionnière depuis 2000: Dans son second volet du printemps 2011 (voir http://www.mairie-crest.fr/IMG/pdf/ag212.pdf), en page 8, il rappelle les 5 finalités de l’Agenda 21, dont celle de favoriser une « dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsable » et celle de garantir « l’accès pour tous à une bonne qualité de vie »… En parallèle, le Conseil municipal de novembre 2011 a accordé le dépôt d’un permis de construire à Mac Donald France, sur un terrain à l’entrée ouest de la ville, et Hervé Mariton s’est réjoui lors de ses voeux aux Crestois lundi 9 janvier à l’idée de créer des passerelles entre le géant de la malbouffe et les jeunes en formation restauration!
Quand les mots ne veulent plus rien dire…
Heureusement, des communes et leurs élus savent encore respecter leurs paroles d’engagement vis-à-vis du développement durable, comme Montoison qui met en place le bio dans sa cantine (avec le soutien de ces intégristes de la Biovallée!!) :
http://www.biovallee.fr/blog/des-produits-bio-et-locaux-a-la-cantine-des-communes-sengagent/

Bravo pour ce blog qui contribue à remettre des jalons de vérité et de bon sens dans cette époque de très grande confusion-)

Au sujet de l'auteur

Médias Citoyens Diois

Lien Permanent pour cet article : http://mediascitoyens-diois.info/2017/01/la-difficulte-de-construire-des-territoires-de-coherence-et-cohesion-sociales-culturelles-economiques-et-politiques/

Laisser un commentaire