«

»

Kate Pickett : « Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous » demain jeudi 4 mai, au Campus de Eurre dès 19 heures…

Deux épidémiologistes britanniques, Richard Wilkinson et Kate Pickett, explorent les conséquences physiologiques et psychologiques des différences de statut social.

Arrivant enfin en France, cet ouvrage fait partie des contributions les plus fondamentales à la réflexion économique et sociale de l’après-crise.

Paru en anglais en 2009, The Spirit Level. Why Equality Is Better for Everyone (Allen Lane Ed.), réédité aussitôt en 2010 en livre de poche (Penguin Books), a connu un grand succès de librairie (140 000 exemplaires vendus au Royaume-Uni) et a été traduit dans plus de 15 langues, avant de l’être dans la langue de Molière au mois d’octobre.

Le bien-être de nos sociétés développées, expliquent les auteurs, a beaucoup à voir avec le niveau d’égalité qui y règne, et beaucoup moins avec leur richesse globale. Pourquoi les Japonais vivent-ils plus longtemps que les Américains ?

Pourquoi y a-t-il plus de grossesses chez les adolescentes aux États-Unis qu’en France ?
Pourquoi les Suédois ont-ils la taille plus fine que les Grecs ? La réponse est chaque fois : l’inégalité.
État de santé, espérance de vie, obésité, santé mentale, taux d’incarcération ou d’homicide, toxicomanie, grossesses précoces, succès ou échecs scolaires, bilan carbone et recyclage des déchets, tous les chiffres vont dans le même sens : l’inégalité des revenus nuit de manière flagrante au bien-être de tous.
Conclusion des auteurs : « Ce n’est pas la richesse qui fait le bonheur des sociétés, mais l’égalité des conditions. »

En créant mésestime de soi et stress, les inégalités entravent le développement.

Qu’on mesure l’état de la santé physique et mentale des individus, l’espérance de vie, la réussite scolaire, l’empreinte écologique, la toxicomanie, le taux d’incarcération, la prévalence de l’obésité ou celle des maternités précoces…, le livre montre que les sociétés démocratiques les plus égalitaires sont aussi celles qui sont les plus humainement développées.

IL FAUT PENSER PLUS AUX SINGES QU’À MARX

En un texte très accessible accompagné de graphiques pédagogiques, Richard Wilkinson et Kate Pickett, tous deux professeurs d’épidémiologie à l’université de York (Royaume-Uni), parviennent à cette conclusion après des années de recherches personnelles, utilisant des milliers de données et renvoyant à nombre d’autres travaux, comme en témoigne une bibliographie d’une cinquantaine de pages.

« Pour comprendre notre travail, il faut penser plus aux singes qu’à Marx », explique M. Wilkinson, avec une modestie très « british », toute teintée d’humour. «Regardez la vie sociale des animaux. Une forte hiérarchie conduit à des conflits entre les mâles dominants qui ont un accès prioritaire aux femelles et à la nourriture. Ces relations sont en partie fondées sur la peur. Après des milliers d’années d’évolution, le fait de vivre dans de telles relations de subordination est très dommageable», explique le chercheur.

En effet, « la physiologie du stress et les sources sociales du stress ont beaucoup à voir avec la domination. L’inégalité affecte donc la santé et les problèmes sociaux », dit le cofondateur, en 2010, du site Web Equality Trust destiné à diffuser ces travaux.

Pour M. Wilkinson, « les différences de revenus dans une société forment la structure matérielle des différences culturelles et sociales ». Et non l’inverse. Par exemple, « comment choisit-on ses amis ? Invite-t-on chez soi des gens énormément plus riches ou énormément plus pauvres ? En pratique, c’est peu fréquent ».

DÉCLENCHEUR DE STRESS

Les stéréotypes créés par les consciences hiérarchiques des uns et des autres se transforment en menace pour tous : des groupes sociaux – les femmes, les Afro-Américains… – intègrent l’idée qu’ils font moins bien, ce qui diminue extrêmement leur performance.

Plus généralement, développe-t-il, l’évaluation sociale, en menaçant l’estime que nous avons de nous-mêmes et de notre performance, est le plus fort déclencheur de stress, comme le montrent les réponses biologiques émises par nos corps dans ces situations.

Or, dans une société hiérarchisée, nous sommes de plus en plus attentifs à la façon dont nous sommes vus et jugés, admirés ou suspectés : « Si l’on est attaqué par un supérieur, on constate que la coagulation du sang est rapide. Médicalement, la mise en cause du statut social est une profonde source de stress. Plus d’égalité serait bénéfique pour tous, y compris au plus haut niveau, car cette insécurité atteint aussi le top management », déclare M. Wilkinson.

De plus, « la hiérarchie et le management en silo ont produit d’énormes inefficiences », par exemple, dans les grandes entreprises cotées où l’écart de rémunérations s’est fortement accru ces dernières décennies pour atteindre un gap de 1 à 300, voire plus : « Cela crée un sentiment très fort de supériorité ou d’infériorité, et c’est un puissant moyen de dire à un très grand nombre de gens qu’ils valent très peu, à peine quelques centièmes de vous-mêmes, ce qui est le pire des moyens de diriger », explique M. Wilkinson.

ENTREPRISES COOPÉRATIVES MODÈLES

«Une partie importante des maladies mentales provient de la recherche de progression dans l’échelle hiérarchique, qui produit des comportements antisociaux, psychopathes ou sociopathes, avec une composante manipulatrice», constate-t-il.

  1. Wilkinson met donc en avant les modèles d’entreprises coopératives et plaide également pour une meilleure représentation des salariés dans les instances de contrôle des entreprises, à l’image de la codétermination allemande.

« On a besoin de redistribution par l’impôt, mais c’est une approche superficielle : il faut aussi réduire les inégalités avant impôt. Depuis les années 1980, elles ont explosé, car les riches ont fait sécession en raison de la culture du bonus. Cela est le résultat d’un manque de contrainte démocratique sur l’économie », analyse M. Wilkinson.

Les pays les plus inégaux sont aussi ceux où les ménages ont le plus long temps de travail, dépensent plus qu’ils n’épargnent, et s’endettent le plus. « Parce que dans une société consumériste, l’argent montre ce que vous êtes », observe-t-il : le mode de consommation est le reflet de la compétition de statuts, à qui il donne ses signes de différenciation. « Si l’on veut aller vers un développement durable, il faut choisir de promouvoir plus d’égalité », conclut M. Wilkinson.

Adrien de Tricornot
Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous

Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous, de Richard Wilkinson et Kate Pickett, préface de Pascal Canfin. Les Petits Matins- Institut Veblen, 502 pages, 20 euros.

En coédition avec l’Institut Veblen et Étopia

– Richard Wilkinsona joué un rôle majeur dans les recherches inter-nationales consacrées aux déterminants de la santé. Il a étudié l’histoire de l’économie à la London School of Economics avant de se former en épidémiologie. Il est aussi professeur émérite à l’école de médecine de l’université de Nottingham, professeur honoraire de l’University College de Londres et professeur invité de l’université de York (Angleterre).

– Kate Pickett est professeur d’épidémiologie à l’université de York et membre du personnel scientifique du National Institute for Health Research. Elle a étudié l’anthropologie physique à Cambridge, les sciences nutritionnelles à Cornell et l’épidémiologie à l’université de Californie-Berkeley (États-Unis). Tous deux vivent dans le Yorkshire du Nord (Angleterre).

PRÉFACE Par Pascal Canfin

PREMIÈRE PARTIE RÉUSSITE MATÉRIELLE, ÉCHEC SOCIAL

Chapitre 1. La fin d’une époque

Chapitre 2. Pauvreté ou inégalité ?

Chapitre 3. Par où s’immisce l’inégalité

DEUXIÈME PARTIE

LES COÛTS de l’INÉGALITÉ

Chapitre 4. Vie communautaire et relations sociales

Chapitre 5. Santé mentale et consommation de drogue

Chapitre 6. Santé physique et espérance de vie

Chapitre 7. Écarts de revenus et obésité : un gonflement synchrone

Chapitre 8. Performance de l’éducation

Chapitre 9. Maternité précoce : l’histoire se répète

Chapitre 10. La violence, une manière de se faire respecter

Chapitre 11. Peines et incarcération

Chapitre 12. Mobilité sociale : inégalité des chances

TROISIÈME PARTIE UNE SOCIÉTÉ MEILLEURE

Chapitre 13. Sociétés en dysfonctionnement

Chapitre 14. Notre héritage social

Chapitre 15. Égalité et soutenabilité

Chapitre 16. Construire l’avenir

POST-SCRIPTUM

LA RECHERCHE RENCONTRE LA POLITIQUE

Dans la presse

Conférence à Sciences Po

Conférence à Sciences Po sur le thème « L’égalité est-elle meilleure pour tous ? » autour du livre Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous de Richard Wilkinson et Kate Pickett, le 18 octobre 2013.
Avec les interventions de :
Richard Wilkinson, Professeur émérite, Université de Nottingham (Royaume-Uni)

, auteur de Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous ? (Les petits matins/Institut Veblen)

Pascal Canfin, Ministre délégué chargé du Développement

Introduction par :
Lucas Chancel, Chercheur croissance et prospérité, Iddri

Modération par :
Philippe Frémeaux, Président de l’Institut Veblen

Le Monde

En créant mésestime de soi et stress, les inégalités entravent le développement

Arrivant enfin en France, cet ouvrage fait partie des contributions les plus fondamentales à la réflexion économique et sociale de l’après-crise.
Lire l’article…

Libération

Les inégalités de revenus n’affectent pas que les pauvres

Richard Wilkinson, coauteur de Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous, mesure l’impact social de l’idéologie néolibérale : […]

Lire l’article…

Télérama

Bien manger est-il réservé aux riches ?

Réquisitoire percutant contre les effets corrosifs des inégalités, y compris sur la santé.
Weronika Zarachowicz

La Croix

Plus d’égalité rendrait tout le monde plus heureux

« Mieux vaut être riche et en bonne santé que pauvre et malade », le dicton de l’humoriste québécois Yvon Deschamps n’est guère contestable. En revanche, l’idée qu’un pays tout entier serait en meilleure santé, sur le plan aussi bien médical que social, s’il était plus riche, demeure une question autrement plus épineuse […]
Lire l’article…

Le Nouvel Observateur

C’est un livre qui a influencé à la fois le Premier ministre britannique, le conservateur David Cameron, et les « indignés » d’Occupy Wall Street.

 
Maël Thierry

Les Échos

Haro sur les inégalités !

Plus la société est égalitaire, mieux vont les habitants qui y vivent. Le grand intérêt de l’ouvrage est d’avoir traité des données comparables (pour une vingtaine de pays riches et pour les 50 États américains) sur les homicides, les maternités précoces, l’obésité ou le niveau de confiance.

Lire l’article…

Rue89

Richard Wilkinson : « Les inégalités nuisent à tous, y compris aux plus aisés »

Pour l’épidémiologiste anglais Richard Wilkinson, le stress et la violence générés par les inégalités affectent tous les membres de la société, même les riches.
Lire l’article…

Alternatives Économiques

Moins d’inégalités va de pair avec une meilleure santé, et ceci autant dans le bas de la pyramide des revenus que dans le haut.
Lire l’article…

20minutes

Richard Wilkinson: «Les trop hauts revenus sont antisociaux»

Son livre Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous place l’inégalité au cœur de tous les maux de la société moderne.
Lire l’article…

Actualités Sociales Hebdomadaires (ASH)

L’égalité est meilleure que l’inégalité. Une évidence…

L’inégalité s’enracine dans l’individualisme et la rivalité. L’égalité favorise au contraire la réciprocité et la coopération.

Les problèmes sociaux et économiques empirent à mesure que se creuse l’écart entre les statuts sociaux. L’existence d’une catégorie de très riches ne tire donc pas l’ensemble de la société vers le haut, au contraire.

Nous avons besoin d’une société où l’on passe plus de temps avec ses amis, sa famille, et moins à se battre pour garder son statut.

Richard Wilkinson

Sciences Humaines

Démonstration chiffrée à l’appui, deux épidémiologistes britanniques affirment que l’inégalité des revenus est le principal obstacle à la santé et au bonheur des habitants des pays développés.
Lire l’article

HumanitéDimanche

Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous […] démontre avec maestria que les inégalités de revenus aggravent une grande partie des maux sanitaires et sociaux.
Pia de Quatrebarbes

Le Vif/L’Express

Le bien-être, parent pauvre de la richesse

Pourquoi y a-t-il trois fois plus de naissances chez les adolescentes britanniques que suédoises ? Parce que la répartition des revenus, déterminante pour le bien-être et la santé de ses habitants, n’est pas la même dans ces deux pays. La thèse défendue par deux épidémiologistes, décoiffante, ouvre de nouvelles pistes.
Laurence van Ruymbeke

La Recherche

Une démonstration qui est un appel au changement de société.

La Mutualité française

Santé : « l’égalité plus précieuse que la richesse », selon Richard Wilkinson et Kate Pickett

Où que l’on se situe sur l’échelle des revenus, on est en meilleure santé quand on vit dans une société égalitaire. Telle est la thèse centrale de ce déroutant ouvrage : « Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous », de Richard Wilkinson et Kate Pickett. Les deux auteurs sont des épidémiologistes britanniques, spécialistes des déterminants de santé. Leur ouvrage se présente à la fois comme une démonstration scientifique et un manifeste politique.
Lire l’article

Revue Humanitaire

L’inégalité rend malade

Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous constitue désormais une référence incontournable dans son domaine.

 
Aude Bleven

SLF

Une utopie économique ?

Ce livre a le mérite de réintroduire le débat sur les inégalités dans la sphère académique et de le réinscrire dans l’agenda politique.

Le Soir

L’égalité, c’est bon pour l’économie

Deux épidémiologistes scrutent les différences économico-sociales. Étonnant !

Pierre-Henri Thomas

Politis

Ce livre fournit des « éléments probants » qui réhabilitent l’objectif de réduction des inégalités comme un objectif structurant des sociétés.  www.equitinfo.org

Vous devez prévoir une place pour ce livre dans vos étagères !
Guillaume Nataf, président de Equitinfo.org

Lire l’article…

Dirigeants chrétiens

Malgré l’aridité du sujet, la lecture en est passionnante et remet en cause bien des idées reçues.
Emmanuel Jahan

 

 

Au sujet de l'auteur

Médias Citoyens Diois

Lien Permanent pour cet article : http://mediascitoyens-diois.info/2017/05/kate-pickett-pourquoi-legalite-est-meilleure-pour-tous-demain-jeudi-4-mai-au-campus-de-eurre-des-19-heures/

Laisser un commentaire