Août 24 2017

Participez aux « Etats généraux de l’alimentation »

Etats généraux de l’alimentation : consultations, mode d’emploi

Lancés le 20 juillet dernier, les Etats généraux de l’alimentation (EGA) doivent durer cinq mois. Parallèlement aux ateliers qui doivent se tenir entre fin août et novembre, le Gouvernement a lancé une vaste consultation publique.

« L’objectif de cette consultation est double, explique l’exécutif, il s’agit à la fois d’élaborer un diagnostic partagé sur les différentes questions soulevées par les EGA et à la fois de formuler des propositions concrètes afin de nourrir l’agenda des solutions des différents ministères ». La consultation est structurée autour de trois thèmes principaux consacrés à la production/distribution, à la consommation et à l’exportation/international, eux-mêmes déclinés en trois ou quatre questions que le Gouvernement souhaite résoudre.

Le public est invité à participer de quatre manières différentes : en votant sur les propositions du Gouvernement et des autres contributeurs, en argumentant sur ces propositions, en proposant lui-même des explications aux problèmes identifiés et des solutions pour y faire face, ou, enfin, en référençant des sources d’information. Les consultations sont ouvertes jusqu’au 20 octobre et seront suivies d’une phase de synthèse entre le 1er novembre et le 15 décembre.

Au 23 août, les questions qui retiennent prioritairement l’attention du public sont celles de la rémunération des producteurs (2.193 participants), de l’accompagnement de la transformation de l’agriculture (1.563 participants) et du soutien aux modes de consommation plus responsables (1.207 participants).

Bruxelles aussi

Parallèlement et indépendamment de cette consultation franco-française, la Commission européenne invite au même moment les citoyens de l’UE à s’exprimer sur la manière de rendre la chaîne d’approvisionnement alimentaire plus équitable. Cette consultation, lancée le 16 août dernier, est ouverte jusqu’au 17 novembre.

Les objectifs de Bruxelles ? Evaluer la nécessité de réguler les pratiques commerciales déloyales dans le domaine agroalimentaire, évaluer le degré de transparence du marché tout au long de la chaîne, évaluer, enfin, l’intérêt des parties prenantes pour l’application d’accords de « partage de la valeur » qui ont déjà cours dans certains secteurs comme celui du sucre.

Etats généraux de l’alimentation : c’est parti pour cinq mois de travaux

Le Premier ministre Edouard Philippe a lancé, le 20 juillet, les Etats généraux de l’alimentation. Promesse d’Emmanuel Macron, ils visent à assurer une meilleure répartition de la valeur créée, accompagner la transformation des modèles de production et tendre vers une alimentation saine et durable. Les travaux, qui réunissent l’ensemble des parties prenantes, dureront cinq mois et seront organisés en deux temps. De fin août à fin septembre, le premier chantier sera consacré à la création de valeur et à sa répartition. L’un des ateliers portera notamment sur le développement de la bio-économie et de l’économie circulaire. De début octobre à fin novembre, les participants s’attèleront aux problématiques sanitaires et environnementales, dont la transition écologique et solidaire de l’agriculture et la lutte contre le gaspillage alimentaire. Un atelier transversal, organisé de fin août à fin novembre, abordera la question des investissements, accompagnements techniques et recherches nécessaires pour parvenir à une « performance environnementale, sanitaire, sociale et économique ».

Un rôle limité pour l’Etat et un Agenda des solutions en décembre

Les Etats généraux ont « vocation à être un temps de réflexion partagée et de construction de solutions nouvelles », précise le gouvernement. « L’État ne sera qu’une partie prenante parmi d’autres, a insisté le Premier ministre, l’Etat ne doit pas tout faire ». A mi-parcours, début octobre, le Président de la République devrait dresser les premières conclusions des travaux. Et d’ici la fin de l’année, les conclusions finales. « L’ensemble des parties prenantes sera invitée à s’engager dans la mise en œuvre de l’agenda des solutions qui s’en dégagera », indique le gouvernement. Des pistes pourront être déclinées dans le programme national de l’alimentation ou celui de la prévention santé.

https://www.egalimentation.gouv.fr/

https://ec.europa.eu/info/consultations/food-supply-chain_en

Lien Permanent pour cet article : http://mediascitoyens-diois.info/2017/08/participez-aux-etats-generaux-de-lalimentation/

Laisser un commentaire