Nov 19 2017

Déchets radioactifs à Cruas : Laisser-aller dans une centrale vieillissante…

Déchets radioactifs à Cruas : Laisser-aller dans une centrale vieillissante.

Ce matin, le tribunal de Privas s’est penché sur la gestion des déchets radioactifs de la centrale de Cruas par EDF. Celle-ci est plus que déroutante.

Le 6 novembre 2015, des techniciens de la centrale nucléaire de Cruas ont détecté de la radioactivité dans une benne de déchets conventionnels qui devait quitter le site pour rejoindre la déchetterie. Or, ces déchets contaminés doivent absolument être séparés des déchets conventionnels pour éviter toute contamination.

Plusieurs manquements de la part d’EDF ont été notés par les associations. Il a fallu 4 jours à EDF pour séparer les déchets et 10 jours pour prévenir l’autorité de sûreté du nucléaire

Florence Cerbaï*, élue régionale d’Ardèche (du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire) était sur place ce matin. Pour elle : « Une centrale construite pour 30 ans et toujours en activité après sa date de péremption pose forcément des soucis : de la rouille sur les tuyauteries et des incidents à répétition ! EDF aurait dû déclarer rapidement l’incident des déchets radioactifs jetés dans une benne conventionnelle à l’ASN : il a fallut 10 jours pour que ce soit fait. En cas d’accident, EDF saura-t-elle informer plus rapidement?

L’affaire examinée ce matin est le signe d’un laisser-aller dans la gestion du site nucléaire. Avec 3,2 millions d’habitant vivant à moins de 100 km, Cruas est pourtant un site nucléaire très sensible. EDF ne met pas les moyens humains suffisants pour assurer une gestion rigoureuse. En cause le recours constant à des sous-traitants pour faire des économies : des salariés précaires, moins bien payés et moins bien formés, mais aussi des difficultés liées à la démographie des salariés d’une centrale de plus de 30 ans. Avec les départs en retraite de ceux qui ont travaillé durant toute leur carrière à la centrale, on fait face à une perte de compétences et de connaissance des procédures.

Je serai devant le tribunal, aux côtés des associations le 9 février pour le délibéré. »

Nota :

La centrale nucléaire de Cruas-Meysse est une centrale nucléaire inaugurée en 1984-1985 sur les communes de Cruas et de Meysse en Ardèche au bord du Rhône et du département  Drôme entre Valence (40 km en amont) et Montélimar (15 km en aval). La centrale est située à 35 km au nord du site nucléaire du Tricastin. Die (26150 ) est à 50 kms à vol  d’oiseaux.

La centrale nucléaire de Cruas-Meysse est dotée de 4 réacteurs nucléaires de 900 MW, soit un total de 3 600 MW. La construction a débuté en 1976 et les mises en service ont été réalisées en 1984 et 1985. Cette centrale représente en moyenne 4 à 5 % de la production nationale, soit 40 % des besoins annuels de la région Rhône-Alpes. Environ 1 000 salariés travaillent à la centrale de Cruas sur un site d’une superficie de 148 hectares. Pour son refroidissement, la centrale utilise l’eau du Rhône et quatre tours aéroréfrigérantes.

*Florence Cerbaï, élue RCES au conseil régional

conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes compte une nouvelle élue en ce début d’année 2017 avec l’arrivée de la conseillère régionale RCES, Florence Cerbaï, qui prendra la place de Hervé Saulignac, élu député de l’Ardèche en juin dernier.

Florence Cerbaï

Florence Cerbaï

Hervé Saulignac, élu en juin député de l’Ardèche a démissionné de son poste de conseiller régional RCES (Rassemblement citoyens, écologistes et solidaires). Il vient d’être remplacé par Florence Cerbaï qui va faire son entrée au conseil régional. Présentée par son groupe comme quelqu’un « d’engagé dans les combats écologistes depuis plusieurs années« , Florence Cerbaï est archéologue de formation et a été journaliste durant sept ans dans différents médias avant de devenir souffleuse de verre à Lanas ou elle crée, pour les musées, des reproductions de pièces en verre historique.

« Travailler efficacement à limiter la politique néfaste de Laurent Wauquiez »

« Nous accueillons l’arrivée de Florence avec enthousiasme. Nous n’avions jusqu’alors pas d’élu ardéchois. Nous étions déjà un groupe très actif à 8 élus, et notre action n’en sera que plus intense avec une nouvelle élue. L’opposition à Laurent Wauquiez est un travail de chaque instant. Nous abordons cette rentrée politique de manière sereine, prêts à travailler pour l’intérêt général en Auvergne Rhône-Alpes« ,  réagit Monique Cosson, la présidente du groupe RCES.

De son côté, Florence Cerbaï s’inscrit dans « une opposition franche pour travailler efficacement à limiter la politique néfaste de Laurent Wauquiez. » Souhaitant « travailler au développement de l’écologie sur tous les territoires » elle a aussi énuméré plusieurs priorités comme « la protection des populations face au risque nucléaire« , « la protection des riverains face aux risques de la viticulture chimique« , « le soutien à une agriculture de proximité de haute qualité environnementale et sanitaire » et enfin « la défense du patrimoine, l’artisanat et les métiers d’Art comme piliers d’un développement touristique et économique nouveau pour nos territoires ruraux« .

MCD

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://mediascitoyens-diois.info/2017/11/dechets-radioactifs-a-cruas-laisser-aller-dans-une-centrale-vieillissante/

Laisser un commentaire