Trois décès de personnes engagées dans la vie sociale de Die….

Ils sont partis…

Jean Lou Pintaux, longtemps sur Saint Nazaire le Désert, il aura cultivé son jardin ces dernières années  à Romeyer avec  Sophie et leur fille Agathe. Il a écrit un livre : « le livre de LUG » et collaborait à MCD épisodiquement… sincères  souvenirs de tous-tes  nos ami-e-s  et   nos souhaits de bienveillance pour Agathe. MCD

l’histoire du pays enchanté (Extraits)

Il était une fois un pays enchanté. Ses habitants descendaient d’une très ancienne race de magiciens. Ils possédaient un don. Ils savaient lire ce qui étaient écrit, et décrypter ce qui ne l’était pas. Et cela leur permettait de ne pas se laisser abuser par les chants fallacieux du dragon qui s’était emparé de la majeure partie de l’Empire. Ce dragon avait nom Marché.

Mais ce n’était pas un authentique dragon. Ce n’était qu’une créature sans âme, issue de manipulations spirituelles, menées par une secte de sorciers noirs involutifs, les marchéistes. En fait, ce n’était pas le dragon qui dominait l’Empire, il n’était que l’instrument de domination de la secte. Cette secte, aux noirs dessins, maintenait les populations dans la dépendance et la désespérance, montant systématiquement les sujets de l’Empire les uns contre les autres, organisant le chaos, sous prétexte d’établir l’Ordre. Un ordre supérieur, selon leurs prêtres, qui devait advenir en pliant la réalité aux prédicats de leurs prophètes.

Les habitants de cette vallée reculée, étaient nommés les gens du livre. Une antique prophétie, forclose depuis longtemps, parlait des gens du livre, un peuple qui seraient appelés à accomplir l’unification de l’Humanité . Ce pays, excentré des contrées ordinairement citées dans les anciens récits, aux marches l’Empire, avait su, pour survivre, inventer et maintenir vivante une technique spirituelle très particulière. Plutôt que de souscrire à un seul livre, et réduire ainsi les capacités de leur esprit, comme les prêtres de la secte, ils avaient souscrit à des dizaines de milliers de livres. Ils avaient alors amassé un fabuleux trésor qu’ils conservaient jalousement. Ce trésor était leur exomémoire. Et cela leur avait permis de découvrir, que ainsi, il avaient accès au Rêve de l’Humanité. Ils avaient découvert que l’Humanité se rêve dans les livres. Ils avaient donc découvert que le Rêve de l’Humanité était fort éloigné de celui des sorciers noirs, qui vivaient hors du temps et de la réalité. Par sa science des grimoires, le peuple des gens du livre avait su résister aux sirènes trompeuses de la caste de sorciers. Et s’ils s’étaient bien gardé d’attaquer de front la secte, ils n’en pensaient pas moins. En gens du livre avisés, ils attendaient que vienne leur temps. Ils attendaient que le dragon se prenne un gamelle tout seul !

Mieux, ayant accès à la mémoire longue, ils pouvaient analyser le présent, et prédire l’avenir.

Et ainsi, ils comprirent que les errances spirituelles de la secte allaient déclencher un cataclysme effroyable qui risquait sans doute de causer la perte de l’Empire, voire la perte de l’Humanité.

Car, aveuglée par ses dogmes, la secte refusait de réaliser que la Vie, l’évolution de la Vie, n’avait que faire de leur dogmes. Leur Ordre, issue de la pensée hérétique d’illuminés littéralistes, née sur une île, niait la Vie. Créationnistes, ils niaient que la Vie s’est développée et s’est diversifiée sur la planète, en plusieurs milliards d’années, formant un protoplasme qui recouvrait la terre, un super organisme social. Super organisme social dont les humains n’étaient qu’une des composantes. Importante, certes, mais pas plus. L’idée même de société les rebutait. Pour prouver la supériorité de leur utopie sur la réalité, ils avaient déclenché l’apocalypse.

Et les gens du livre, forts de leur ancestrale maîtrise des grimoires qui leur permettait de se projeter dans le temps, l’avenir, savaient que le cataclysme allait anéantir le dragon, réduire à néant les prétentions de la secte. Et ils savaient comment parer le cataclysme. Et donc préserver le grand équilibre qui permettait à l’Humanité de survivre et de poursuivre son destin.

Ils avaient compris que la vie évolue par expérience, et qu’elle en conserve la mémoire, dans les gènes. La vie est une expérience culturelle. Et elle se conserve sous forme de code. Et cette expérience est contenue dans l’exomémoire. L’exomémoire est le condensé codé de l’expérience de la vie. Littéralement, l’ADN culturel de la vie.

Dans cette petite contrée reculée, le peuple des gens du livre, rejetés, ostracisés, calomniés, réduits à une survie misérable, allaient livrer un combat titanesque contre les forces du mal : L’involution. Ils allaient retrouver leur place dans l’histoire. Armés de leur fabuleuse exomémoire, ils allaient constituer, l’ADN de l’Humanité à venir, après le cataclysme. Eux, les décriés, les vilipendés, allaient inventer Homo sapiens 3. Celui qui sait qui il est. Celui qui abattra le dragon !

Ce petit pays porte de nom de Diois. Et les dioi(se)s sont les gens du livre.

Bienvenue chez les gens du livre ! Jean Lou Pintaux

Adieu Jean Cieren

Un homme à la longue histoire, d’organisateur de colonies de vacances en Iran aux Maisons de Quartiers parisiennes. Militant de l’ACAT, vice président et secrétaire du Conseil Local de Développement du Pays Diois, sympathisant de la LDH, il nous a quittés. Homme de conviction, franc,  juste et droit, nous accompagnons dans sa douleur Monique ( Die Cantat) et sa famille. Beau voyage Jean… MCD ( 3ème sur la photo en partant de la Gauche, ici en AG du CLDD-Pays Diois).

 

 

 

Autre militante Françoise Van Monckoven, installée récemment dans le Diois, Françoise s’est beaucoup investie, comme commerçante place de la république,   comme administratrice de l’ESCDD  (Espace Social et Culturel du Diois) puis engagée dans la défense des services publics (en particulier la maternité  et de l’Hôpital). Sincères condoléances… MCD.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://mediascitoyens-diois.info/2018/02/trois-deces-de-personnes-engagees-dans-la-vie-sociale-de-die/

Laisser un commentaire